ZERO ANTHROPOLOGY

Statement of Non-Compliance with Mandatory Vaccination in Canadian Universities

First it was not even a university, but Seneca College. Then it was the University of Ottawa. Then Carleton University, the University of Western Ontario, and the University of Toronto. Now it is almost every university in New Brunswick and Nova Scotia. The law faculty at McGill is also demanding it, presumably to save the university from expensive litigation (an implied threat, and one that strangely assumes that only one side of a debate can litigate in court). If it happens first in the United States, then almost immediately it is copied and pasted into policy in Canada. It is coming everywhere: mandatory vaccination for all faculty, staff, and students.

As a tenured, full Professor in Canada, it is my duty to encourage all faculty to be united in non-compliance with such measures.

Mandatory vaccination pressures are issued allegedly in accordance with “public health”. However, they are mandated through neither parliaments nor legislation, but are instead issued unilaterally by governments under the umbrella of “emergency measures”.

Typically, such vaccination mandates stipulate the following: faculty, staff, and students must show proof of full vaccination in order to access campus and perform their duties. If they do not do so (and some allow refusal only on grounds of medical or religious exemptions), then they must submit to still undefined special measures, such as frequent testing (perhaps twice each week, using rapid antigen tests), and masking at all times and in all spaces on campus.

This will be, for most Canadian faculty, the first if not the only real test of their integrity and dignity, and their purpose as scholars and intellectuals. It is absolutely essential that they not fail this test from the start.

It must be emphasized that this is not a position that can be taken only by non-vaccinated faculty. Action to prohibit and prevent discrimination, and actual abuses of human rights, is a stance to be taken by all faculty, whether fully vaccinated or not.

Rather than following the alternative science narrative tied to the private interests of pharmaceutical corporations and those of politicians, we should expect Canadian universities to encourage critical thinking that—as is now commonly endorsed and celebrated—“speaks truth to power”. This would be in line with Canadian universities’ many recent statements in support of social justice. To see these same universities immediately fail the first real test of their avowed commitments, is both shocking and disappointing.

In particular, mandatory vaccination pressures plainly and indisputably discriminate against employees who are members of particular religious and ethnic communities, in such a way and to such a degree that any claims to upholding “equity, diversity, and inclusivity” become completely unravelled. Not sustaining this commitment in one area, and expecting it to be sustained in other areas, is obviously neither credible nor tenable. Furthermore, the policy which imposes such discrimination is in direct violation of a number of laws and human rights codes, both here in Quebec and in the rest of Canada.

First, faculty should notify senior administrators that at no point, and under no circumstances, can they be compelled to involuntarily release any private information about their personal health status, whether they have been fully vaccinated or not. Such a mandate violates the rights of all, not just some. Such compulsion, that lies outside of the terms and conditions of employment as established by contracts or collective agreements, would be plainly illegal on a number of fronts, including violating existing laws as exist in Quebec and the rest of Canada. At no point when we were interviewed and then hired, were any of us informed of any health requirements to perform our jobs. Established policies for universities to maintain safe working environments place that burden on university administrations—they do not imply any demand for health screening and injection of faculty.

We should be particularly concerned about the apparent effort to pressure people into vaccination. As universities that staunchly uphold ethics in research, following federal requirements, this policy instead negates voluntary informed consent. Consent cannot be mandated, by definition. The policy also violates the principle of do no harm, by not advising members of the community that compliance with this policy could result in experiencing adverse effects, ranging from the mild and trivial, to serious injury requiring hospitalization, and in some cases even death. We have not seen any language warning about adverse reactions and possible death anywhere in the policy announcements.

The compulsion to vaccinate also runs afoul of legal provisions that prohibit discrimination on the grounds of ethnicity, religion, and political beliefs.

What universities are also backing is an emergency measure, but they have not furnished any proof of an emergency. Rapidly spreading viruses are common to our university communities, as with each cold and flu that sweeps through a university population every year, even multiple times in a year. The condition of “rapid spread” and “contagiousness” is not, in and of itself, any basis for an “emergency”.

University administrations should rest assured that, as was usual, when employees develop any symptoms of any sickness, they will automatically refrain from coming to campus, as they have done when they had colds or the flu. Non-vaccinated faculty therefore represent no actual nor potential “threat” to the health of the community.

We must also point out that in the early fall of 2009, some Canadian faculty contracted H1N1, and in some cases they had to be absent from class for weeks. At no point did any university administration in Canada manifest any concern about this fact. It is important to recall that in 2009, the World Health Organization declared H1N1 to be a “global pandemic,” under the very same definition it then used for Covid-19. By enacting radically different measures today, Canadian universities are thus directly at odds with their own practice, from the recent past.

Second, if the consequence of non-compliance with such mandates are that faculty must undergo frequent testing—despite having no symptoms—then this would be unfair and discriminatory treatment based on assumed health status, and that too is illegal and lies outside of our terms and conditions of employment. Being a professor at a Canadian university has never been advertised as a position that comes with a health requirement, or a requirement for medical screening in order to perform one’s duties. Moreover, given that it is now solidly established that the fully vaccinated do carry as much viral load as the non-vaccinated, and do transmit the virus, to then subject one group of persons (assumed to be non-vaccinated) to testing, while exempting others, is obviously unfair discrimination.

One can only conclude that such a discriminatory bias is meant to punish a particular group, to hinder them in carrying out their daily work requirements, and to continue singling out healthy people as a problem. It is also obvious psychological harassment, and thus directly violates most Canadian universities’ own published workplace policies.

Before attempting to unilaterally transform the terms and conditions of employment, university administrations must at least sit down and negotiate with faculty unions. Over the past 18 months, we have seen professors suddenly required to work from home, which is work not required under existing terms and conditions of our employment—it is simply not in our job description, and most are not trained for online teaching. Conversely, we have now seen them barred from continuing remote delivery when this is their first choice. Now we see those who are assumed to be non-vaccinated being forced to undergo testing, regardless of symptoms, and regardless of possible natural immunity (which is irrationally and unjustifiably dismissed from this entire discussion).

The discriminatory testing requirement is thus another apparent legal violation, and it has no place at any Canadian university.

The announced policy is a violation of human dignity: it imposes psychological pressure through a regimen of punishment designed to make the performance of one’s ordinary work duties increasingly onerous and unsustainable. It reaches the point where we could argue that it constitutes a breach of contract.

The announced policy also demands that those who are assumed to be non-vaccinated (i.e., they do not furnish proof of full vaccination), must be visibly and publicly set apart from the rest of the community (i.e., masked where others are not masked). Given the prevailing mass psychosis that incites blame, disrespect, and even overt hatred against non-vaccinated persons, to make such non-vaccinated persons openly stand apart is to jeopardize their dignity and integrity.

Third, Canadian universities must not be pressured, and should not comply with any pressures that force their participation in a regime that violates human rights. As we are only now becoming aware of the real extent of atrocities committed at Canadian Residential Schools, which closed only in the late 1990s, Canadian educational institutions ought to be extremely wary of yet another wave of government demands for harsh, segregationist, and punitive measures in the name of “saving” people.

The administration of Canadian universities may reasonably respond that they are merely following government mandates. Any government mandate that is itself an extra-legal measure, imposed without legislative support, is not one that can be used to force a university into also violating either the law or human rights conventions established under international law, to which Canada is a signatory.

Any compliance by an individual with extra-legal extreme measures could also be read as tacit consent, which would then legitimize such measures which are backed neither by established laws, the Charter of Rights and Freedoms nor—it must be noted—are they backed by any scientific support.

The administrations of Canadian universities are best advised to be prudent, and on the right side of both the law and justice. They must immediately rescind any such policy issued under the heading of a vaccine mandate. They should also be aware that failure to do so exposes them to litigation from those at the receiving end of discriminatory treatment, not just from faculty and staff, but from an even larger number of students.

For any Canadian university to try to justify human rights abuses, because they are what the government ordered, is truly Nuremberg-worthy.

Fourth, any mandate must acknowledge that the burden of proof rests with those issuing, following, and enforcing the mandate. In particular, governments and university administrations in Canada must provide fully documented proof of the following—keeping in mind that widely spread fear is not proof of any emergency other than a psychological one:

(1) That there is indeed a current public health emergency, as an objective and verifiable medical fact, and not as an artifact of government decrees. The greatest number of hospitalizations and deaths in Canada occurred during the so-called “first wave” of March-May, 2020. There has been no repetition of those numbers since then. Even then, we are basing this on assumptions: we assume that people were infected with Covid-19, using flawed testing at a time when the virus had not been isolated, and when the amplification cycles were too high—and we did not follow WHO guidelines that advised against relying exclusively on PCR tests in making any clinical diagnosis. We also did not routinely conduct postmortems to establish the cause of death of most elderly victims in the spring of last year. On top of that, it has since come to light that even among those who were already close to the natural end of their lives, they were often subjected to starvation and dehydration—fear kept away many workers from nursing homes, which then resulted in the neglect of residents. We have also learned that, at least in Quebec, such elderly and frail patients were given morphine that suppressed respiration and which, in almost all cases, quickly resulted in death. Thus we do not yet know the exact size and nature of even the “first wave,” the worst and arguably the only real wave we had.

(2) That infection is spread only by the non-vaccinated. We now know definitively that the advertised “vaccines”—those in use in Canada—do not protect the injected from infection, nor do they stop them from spreading the virus, or even falling sick and dying from the virus. If the fully vaccinated can—and do—spread the virus, then any requirement for frequent and rapid testing must equally apply to them. Failure to do so is proof of discrimination on the basis of health characteristics.

(3) That by advertising the need for vaccination, that the university population is not being misled about the real protection such injectable products afford. Countries such as Israel, which vaccinated more fully and more quickly than Canada, are now witnessing a situation where the overwhelming majority of the infected are the fully vaccinated. In both Israel and the UK in recent weeks, the fully vaccinated account for the majority of Covid deaths. Without even speaking of death, which is extremely rare for anyone exposed to Covid—vaccinated or not—in both Europe and the US there are now several hundred thousand cases of serious adverse reactions. Universally it is acknowledged—even by the manufacturers themselves—that the effectiveness of these injectable products is declining to the point where any protection they might have offered increasingly drops to insignificant levels.

(4) That “cases” are a measure of anything significant. The term “cases” has been abused and distorted: anyone deemed to test positive for Covid-19, has been categorized as a “case”. This is despite the fact that they may have had no symptoms, or if they had symptoms they were mild and required no treatment. Typically a real case involves someone needing treatment as a patient, usually in a clinic or hospital. Therefore it needs to be proven that a rising number of so-called “cases” is any reason for extraordinary measures, especially when hospitalizations and deaths are but a tiny fraction of what they were during the first wave.

(5) That natural immunity is not real and does not matter. Nowhere in these mandates is there any language concerning natural immunity—natural immunity is assumed to not exist, or is assumed to be irrelevant. If those issuing, complying with, or enforcing such mandatory vaccination cannot address this scientific point, then the credibility of their entire argument collapses. On that basis alone, non-compliance would be fully justified and warranted.

(6) That healthy people can be assumed to be bearers of sickness. These workplace vaccine mandates all assume that healthy, even young and healthy people, who are not vaccinated are a “problem”. The healthy are assumed immediately and in advance to not only being actual or potential bearers of infection, but also being the sole bearers of infection, and of being solely infectious. Show the scientific support for this argument, and show it overcoming contrary scientific research.

(7) That the so-called “Delta variant” is in fact “more dangerous”. Being more contagious does not equal more danger of sickness and death, as attested to by published government data. Show the scientific proof for the fact that the Delta variant is a significant variation, not just one that varies by 0.3% of characteristics compared to the original Covid-19. Show the data that proves beyond a doubt that it causes more hospitalizations and deaths than the original Covid-19 ever did. Without this proof, the rationale for such mandates is null and void.

(8) That “herd immunity” can only be achieved with vaccination of 100% of a population. In particular, show the scientific support for achieving such immunity by using injectable products that confer no immunity at all. In addition, show the scientific support for the idea that herd immunity discounts natural immunity—see point #5 above.

If there is little or no scientific support for these positions, then there is no rational justification that warrants a mandate issued on medical grounds, in the name of safeguarding public health. In that case, the policy demands non-compliance and it must be rescinded.

If what remains is merely fear of danger, then in certain instances such fear of danger may in itself be a call for urgent psychological therapy or even psychiatric treatment. This is especially the case where fear is sustained in the absence of evidence or in denial of reality, and where it clearly does harm to the persons holding this fear, who then harm others (by issuing discriminatory mandates, for example).

It must also be recalled that during the height of the lockdowns, well before “vaccines” became available, and even before masking became mandatory, millions of Canadian workers operated in close quarters for long hours every day, and yet deadly outbreaks were few and far between. It remains to be shown why now, with vaccination and masking and numbers only a microscopic fraction of what they were, it is now necessary to go to extreme lengths to ensure 100% vaccination, using products that clearly cannot confer immunity. Such products are not only obviously and indisputably ineffective as tools of immunization, they can also be dangerous.

The announced measures, we already know, will do absolutely nothing to curb the spread of the virus. Knowing that means the policy is being followed for reasons not having to do with public health. We should thus reaffirm our commitment to non-compliance with this policy.

Lastly, if what universities really fear is exposure to litigation, then there is a very simple answer to this concern: ask all those who wish to access campus to sign a waiver that the university bears no responsibility for anyone who may become ill on campus (assuming it can even be proved they became ill on campus). If there is widespread fear of infection, a university could also allow for continued working and learning from home for those who prefer that option. Whatever the option may be, every possible option should be investigated without resorting to extreme and discriminatory measures that violate human rights and the rights of citizenship.

[Canadian faculty are encouraged to adopt and or adapt this statement, in whole or in part, for use in their individual institutional settings, and they can do so without formally crediting this statement, even though it is published under a Creative Commons license. French translation follows.]

DÉCLARATION DE NON-CONFORMITÉ À LA VACCINATION OBLIGATOIRE DANS LES UNIVERSITÉS CANADIENNES

Par : Maximilian C. Forte, PhD

Au début, ce n’était même pas une université, mais le Seneca College. Ensuite, ce fut l’Université d’Ottawa. Puis l’Université Carleton, l’Université de Western Ontario et l’Université de Toronto. Maintenant, ce sont presque toutes les universités du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse. La faculté de droit de McGill l’exige également, vraisemblablement pour sauver l’université d’un litige coûteux (une menace implicite, et qui suppose étrangement qu’un seul côté d’un débat peut plaider devant les tribunaux). Si cela se produit d’abord aux États-Unis, alors presque immédiatement, il est copié et collé dans la politique au Canada. Il arrive partout : vaccination obligatoire pour tous les professeurs, le personnel et les étudiants.

En tant que professeur titulaire au Canada, il est de mon devoir d’encourager tous les professeurs à s’unir face au non-respect de telles mesures.

Des pressions de vaccination obligatoire sont émises prétendument conformément à la « santé publique ». Cependant, ils ne sont mandatés ni par les parlements ni par la législation, mais sont plutôt émis unilatéralement par les gouvernements dans le cadre de « mesures d’urgence ».

En règle générale, ces mandats de vaccination stipulent ce qui suit : les professeurs, le personnel et les étudiants doivent présenter une preuve de vaccination complète afin d’accéder au campus et d’exercer leurs fonctions. S’ils ne le font pas (et certains n’autorisent le refus que sur la base d’exemptions médicales ou religieuses), ils doivent alors se soumettre à des mesures spéciales encore non définies, telles que des tests fréquents (peut-être deux fois par semaine, en utilisant des tests antigéniques rapides), et le port du masque à tout moment et dans tous les espaces du campus.

Ce sera, pour la plupart des professeurs canadiens, le premier sinon le seul test réel de leur intégrité, de leur dignité, et de leur objectif en tant qu’universitaires et intellectuels. Il est absolument essentiel qu’ils ne ratent pas ce test dès le départ.

Il faut souligner qu’il ne s’agit pas d’une position qui ne peut être prise que par des professeurs non vaccinés. L’action pour interdire et prévenir la discrimination, et les abus réels des droits de l’homme, est une position à prendre par tous les professeurs, qu’ils soient complètement vaccinés ou non.

Plutôt que de suivre le récit de la science alternative lié aux intérêts privés des sociétés pharmaceutiques et à ceux des politiciens, nous devrions nous attendre à ce que les universités canadiennes encouragent la pensée critique qui – comme cela est maintenant communément approuvé et célébré – « dit la vérité au pouvoir ». Cela serait conforme aux nombreuses déclarations récentes des universités canadiennes en faveur de la justice sociale. Voir ces mêmes universités échouer d’emblée au premier véritable test de leurs engagements avoués, est à la fois choquant et décevant.

En particulier, les pressions en matière de vaccination obligatoire discriminent clairement et indiscutablement les employés qui sont membres de communautés religieuses et ethniques particulières, de telle manière et à un degré tel que toute prétention à défendre « l’équité, la diversité et l’inclusivité » s’effondre complètement. Ne pas maintenir cet engagement dans un domaine, et s’attendre à ce qu’il soit maintenu dans d’autres domaines, n’est évidemment ni crédible ni tenable. De plus, la politique qui impose une telle discrimination contrevient directement à plusieurs lois et codes des droits de la personne, tant ici au Québec que dans le reste du Canada.

Premièrement, les professeurs devraient informer les cadres supérieurs qu’à aucun moment et en aucun cas, ils ne peuvent être contraints de divulguer involontairement des informations privées sur leur état de santé personnel, qu’ils aient été complètement vaccinés ou non. Un tel mandat viole les droits de tous, pas seulement de certains. Une telle contrainte, qui se situe en dehors des termes et conditions d’emploi tels qu’établis par les contrats ou les conventions collectives, serait manifestement illégale à plusieurs égards, notamment en violant les lois existantes telles qu’elles existent au Québec et dans le reste du Canada. À aucun moment, lorsque nous avons été interviewés puis embauchés, aucun d’entre nous n’a été informé des exigences en matière de santé pour effectuer notre travail. Les politiques établies pour que les universités maintiennent des environnements de travail sûrs imposent ce fardeau aux administrations universitaires – elles n’impliquent aucune demande de dépistage médical ou d’injection de professeurs.

Nous devrions être particulièrement préoccupés par l’effort apparent pour faire pression sur les gens pour qu’ils se fassent vacciner. En tant qu’universités qui défendent fermement l’éthique de la recherche, conformément aux exigences fédérales, cette politique nie plutôt le consentement éclairé volontaire. Le consentement ne peut pas être obligatoire, par définition. La politique viole également le principe de ne pas nuire, en n’informant pas les membres de la communauté que le respect de cette politique pourrait entraîner des effets indésirables, allant de légers et insignifiants à des blessures graves nécessitant une hospitalisation, et dans certains cas même la mort. Nous n’avons vu aucune parole d’avertissement concernant les effets indésirables et la mort possible dans les annonces de politique.

L’obligation de vacciner va également à l’encontre des dispositions légales qui interdisent la discrimination fondée sur l’appartenance ethnique, la religion et les convictions politiques.

Les universités soutiennent également une mesure d’urgence, mais elles n’ont fourni aucune preuve d’une urgence. Les virus à propagation rapide sont communs à nos communautés universitaires, comme chaque rhume et grippe qui balaie une population universitaire chaque année, même plusieurs fois par an. La condition de « propagation rapide » et de « contagiosité » n’est pas, en soi, une base pour une « urgence ».

Les administrations universitaires doivent être assurées que, comme d’habitude, lorsque les employés développent des symptômes de maladie, ils s’abstiennent automatiquement de venir sur le campus, comme ils l’ont fait lorsqu’ils ont eu un rhume ou une grippe. Les professeurs non vaccinés ne représentent donc aucune « menace » réelle ou potentielle pour la santé de la communauté.

Il faut aussi souligner qu’au début de l’automne 2009, certains professeurs canadiens ont contracté le virus H1N1, et dans certains cas, ils ont dû s’absenter des cours pendant des semaines. À aucun moment, aucune administration universitaire au Canada n’a manifesté de préoccupation à ce sujet. Il est important de rappeler qu’en 2009, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré que le H1N1 était une « pandémie mondiale », selon la même définition qu’elle utilisait alors pour le Covid-19. En édictant aujourd’hui des mesures radicalement différentes, les universités canadiennes sont ainsi directement en rupture avec leur propre pratique, d’un passé récent.

Deuxièmement, si la conséquence du non-respect de ces mandats est que les professeurs doivent subir des tests fréquents, même s’ils ne présentent aucun symptôme, il s’agirait alors d’un traitement injuste et discriminatoire basé sur l’état de santé présumé, et cela aussi est illégal et ne relève pas de nos engagements et des conditions d’emploi. Être professeur dans une université canadienne n’a jamais été annoncé comme un poste assorti d’une exigence de santé ou d’une exigence de dépistage médical pour exercer ses fonctions. De plus, étant donné qu’il est désormais solidement établi que les personnes complètement vaccinées portent autant de charge virale que les non vaccinées et transmettent le virus, soumettre ensuite un groupe de personnes (supposées non vaccinées) à des tests, et en exempter d’autres, est manifestement une discrimination injuste.

On ne peut que conclure qu’un tel préjugé discriminatoire vise à punir un groupe particulier, à l’entraver dans l’accomplissement de ses tâches quotidiennes et à continuer à désigner les personnes en bonne santé comme un problème. Il s’agit également d’un harcèlement psychologique évident et viole donc directement les politiques publiées par la plupart des universités canadiennes en milieu de travail.

Avant de tenter de transformer unilatéralement les conditions d’emploi, les administrations universitaires doivent au moins s’asseoir et négocier avec les syndicats du corps professoral. Au cours des 18 derniers mois, nous avons vu des professeurs soudainement obligés de travailler à domicile, ce qui n’est pas un travail requis dans les conditions d’emploi existantes. Ce n’est tout simplement pas dans notre description de poste et la plupart ne sont pas formés pour l’enseignement en ligne. À l’inverse, nous leur avons maintenant interdit de poursuivre l’enseignement à distance alors qu’il s’agissait de leur premier choix. Maintenant, nous voyons ceux qui sont supposés non vaccinés être contraints de subir des tests, quels que soient leurs symptômes et quelle que soit leur immunité naturelle possible (ce qui est irrationnellement et sans justification exclu de toute cette discussion).

L’exigence de test discriminatoire est donc une autre violation légale apparente, et elle n’a sa place dans aucune université canadienne.

La politique annoncée est une violation de la dignité humaine : elle impose une pression psychologique par le biais d’un régime de punition conçu pour rendre l’accomplissement de ses tâches ordinaires de plus en plus onéreux et insoutenable. Cela atteint le point où nous pourrions soutenir qu’il s’agit d’une rupture de contrat.

La politique annoncée exige également que ceux qui sont supposés être non vaccinés (c’est-à-dire qu’ils ne fournissent pas de preuve de vaccination complète), doivent être visiblement et publiquement séparés du reste de la communauté (c’est-à-dire masqués là où d’autres ne le sont pas). Compte tenu de la psychose de masse qui prévaut qui incite au blâme, au manque de respect et même à la haine manifeste contre les personnes non vaccinées, faire en sorte que ces personnes non vaccinées se démarquent ouvertement revient à mettre en péril leur dignité et leur intégrité.

Troisièmement, les universités canadiennes ne doivent subir aucune pression et ne doivent se plier à aucune pression qui les force à participer à un régime qui viole les droits de la personne. Alors que nous commençons seulement maintenant à prendre conscience de l’étendue réelle des atrocités commises dans les pensionnats canadiens, qui n’ont fermé qu’à la fin des années 1990, les établissements d’enseignement canadiens devraient se méfier d’une nouvelle vague de demandes du gouvernement pour des mesures dures, ségrégationnistes et punitives au nom de “sauver” les gens.

L’administration des universités canadiennes peut raisonnablement répondre qu’elles ne font que suivre les mandats du gouvernement. Tout mandat gouvernemental qui est lui-même une mesure extra-légale, imposée sans appui législatif, n’est pas un mandat qui peut être utilisé pour forcer une université à violer également la loi ou les conventions relatives aux droits de la personne établies en vertu du droit international, auxquelles le Canada est un signataire.

Tout respect par un individu de mesures extrêmes extra-légales pourrait également être lu comme un consentement tacite, qui légitimerait alors de telles mesures qui ne sont adossées ni aux lois établies, ni à la Charte des droits et libertés ni, il faut le noter, tout support scientifique.

Les administrations des universités canadiennes sont mieux avisées d’être prudentes et du bon côté de la loi et de la justice. Elles doivent immédiatement annuler toute police de ce type émise au titre d’un mandat de vaccination. Elles doivent également être conscientes que ne pas le faire les expose à des litiges de la part de ceux qui subissent un traitement discriminatoire, non seulement de la part des professeurs et du personnel, mais d’un nombre encore plus grand d’étudiants.

Qu’une université canadienne essaie de justifier les violations des droits de la personne, parce que c’est ce que le gouvernement a ordonné, est vraiment digne de Nuremberg.

Quatrièmement, tout mandat doit reconnaître que le fardeau de la preuve incombe à ceux qui émettent, suivent et exécutent le mandat. En particulier, les gouvernements et les administrations universitaires au Canada doivent fournir une preuve entièrement documentée de ce qui suit, en gardant à l’esprit qu’une peur largement répandue n’est pas la preuve d’une urgence autre que psychologique :

(1.) Qu’il existe bien une urgence de santé publique actuelle, en tant que fait médical objectif et vérifiable, et non en tant qu’artefact de décrets gouvernementaux. Le plus grand nombre d’hospitalisations et de décès au Canada s’est produit au cours de la soi-disant « première vague » de mars-mai 2020. Il n’y a eu aucune répétition de ces chiffres depuis lors. Même alors, nous nous basons sur des hypothèses : nous supposons que les personnes ont été infectées par Covid-19, en utilisant des tests défectueux à un moment où le virus n’avait pas été isolé et où les cycles d’amplification étaient trop élevés – et nous n’avons pas suivi les directives de l’OMS qui déconseillaient de se fier exclusivement aux tests PCR pour établir un diagnostic clinique. Nous n’avons pas non plus effectué systématiquement d’autopsies pour établir la cause du décès de la plupart des victimes âgées au printemps de l’année dernière. En plus de cela, il est apparu depuis que même parmi ceux qui étaient déjà proches de la fin naturelle de leur vie, ils étaient souvent soumis à la famine et à la déshydratation – la peur a éloigné de nombreux travailleurs des maisons de retraite, ce qui a ensuite entraîné la négligence des résidents. Nous avons également appris que, du moins au Québec, ces patients âgés et fragiles recevaient de la morphine qui supprimait la respiration et qui, dans presque tous les cas, entraînait rapidement la mort. Ainsi, nous ne connaissons pas encore la taille et la nature exacte même de la « première vague », la pire et sans doute la seule vraie vague que nous ayons eue.

(2.) Cette infection n’est transmise que par les non-vaccinés. Nous savons maintenant avec certitude que les « vaccins » annoncés – ceux utilisés au Canada – ne protègent pas les personnes injectées contre l’infection, ni ne les empêchent de propager le virus, ni même de tomber malade et de mourir du virus. Si les personnes entièrement vaccinées peuvent propager le virus, et le font, alors toute exigence de tests fréquents et rapides doit également s’appliquer à elles. Ne pas le faire est une preuve de discrimination sur la base de caractéristiques de santé.

(3.) Qu’en annonçant la nécessité de la vaccination, que la population universitaire ne soit pas induite en erreur sur la véritable protection qu’offrent ces produits injectables. Des pays comme Israël, qui ont vacciné plus complètement et plus rapidement que le Canada, sont maintenant témoins d’une situation où l’écrasante majorité des personnes infectées sont complètement vaccinées. En Israël et au Royaume-Uni ces dernières semaines, les personnes entièrement vaccinées représentent la majorité des décès de Covid. Sans même parler de décès, ce qui est rarissime pour toute personne exposée au Covid, vaccinée ou non, en Europe comme aux États-Unis, on dénombre désormais plusieurs centaines de milliers de cas d’effets indésirables graves. Il est universellement reconnu, même par les fabricants eux-mêmes, que l’efficacité de ces produits injectables diminue au point que toute protection qu’ils auraient pu offrir tombe de plus en plus à des niveaux insignifiants.

(4.) Que les « cas » sont une mesure de tout ce qui est significatif. Le terme « cas » a été abusé et déformé : toute personne jugée positive au Covid-19 a été classée dans la catégorie « cas ». Ceci malgré le fait qu’ils n’ont peut-être eu aucun symptôme, ou s’ils avaient des symptômes, ils étaient légers et n’ont nécessité aucun traitement. Généralement, un cas réel implique une personne ayant besoin d’un traitement en tant que patient, généralement dans une clinique ou un hôpital. Par conséquent, il doit être prouvé qu’un nombre croissant de soi-disant « cas » est une raison pour des mesures extraordinaires, en particulier lorsque les hospitalisations et les décès ne représentent qu’une infime fraction de ce qu’ils étaient lors de la première vague.

(5.) Cette immunité naturelle n’est pas réelle et n’a pas d’importance. Nulle part dans ces mandats il n’y a de langage concernant l’immunité naturelle – l’immunité naturelle est supposée ne pas exister, ou est supposée non pertinente. Si ceux qui délivrent ou appliquent une telle vaccination obligatoire ne peuvent pas aborder ce point scientifique, alors la crédibilité de leur argument entier s’effondre. Sur cette seule base, la non-conformité serait pleinement justifiée.

(6.) On peut supposer que les personnes en bonne santé sont porteuses de la maladie. Ces mandats de vaccination en milieu de travail supposent tous que les personnes en bonne santé, même jeunes et en bonne santé, qui ne sont pas vaccinées sont un « problème ». Les personnes saines sont supposées immédiatement et d’avance non seulement être porteuses réelles ou potentielles de l’infection, mais aussi être les seules porteuses de l’infection, et être uniquement contagieuses. Montrez le soutien scientifique de cet argument et montrez-le surmontant les recherches scientifiques contraires.

(7.) Que le soi-disant « variant Delta » est en fait « plus dangereux ». Être plus contagieux n’équivaut pas à plus de danger de maladie et de mort, comme en témoignent les données gouvernementales publiées. Montrez la preuve scientifique du fait que le variant Delta est une variation significative, pas seulement une variation de 0,3% des caractéristiques par rapport au Covid-19 d’origine. Montrez les données qui prouvent sans aucun doute qu’il provoque plus d’hospitalisations et de décès que le Covid-19 original n’en a jamais fait. Sans cette preuve, la justification de tels mandats est nulle et non avenue.

(8.) Cette « immunité collective » ne peut être obtenue qu’avec la vaccination de 100 % d’une population. En particulier, montrez le soutien scientifique pour obtenir une telle immunité en utilisant des produits injectables qui ne confèrent aucune immunité. En outre, montrez le soutien scientifique de l’idée que l’immunité collective réduit l’immunité naturelle – voir le point 5 ci-dessus.

S’il y a peu ou pas de support scientifique pour ces positions, alors il n’y a aucune justification rationnelle pour un mandat délivré pour des raisons médicales, au nom de la sauvegarde de la santé publique. Dans ce cas, la politique exige la non-conformité et elle doit être annulée.

Si ce qui reste n’est que la peur du danger, alors, dans certains cas, cette peur du danger peut en elle-même être un appel à une thérapie psychologique urgente ou même à un traitement psychiatrique. C’est particulièrement le cas lorsque la peur est entretenue en l’absence de preuves ou dans le déni de réalité, et qu’elle nuit manifestement aux personnes qui ont cette peur, qui nuisent alors à autrui (en émettant des mandats discriminatoires, par exemple).

Il faut également rappeler qu’au plus fort des mesures de santé publique, bien avant que les « vaccins » ne soient disponibles, et même avant que le masque ne devienne obligatoire, des millions de travailleurs canadiens opéraient à proximité immédiate pendant de longues heures chaque jour, et pourtant les épidémies mortelles étaient rares et lointaines entre elles. Il reste à montrer pourquoi maintenant, avec la vaccination et le masquage et les chiffres seulement une fraction microscopique de ce qu’ils étaient, il faut maintenant aller très loin pour assurer une vaccination à 100%, en utilisant des produits qui ne peuvent clairement pas conférer une immunité. De tels produits ne sont pas seulement manifestement et incontestablement inefficaces en tant qu’outils d’immunisation, ils peuvent aussi être dangereux.

Les mesures annoncées, on le sait déjà, ne feront absolument rien pour freiner la propagation du virus. Le savoir signifie que la politique est suivie pour des raisons qui n’ont pas à voir avec la santé publique. Nous devons donc réaffirmer notre engagement à ne pas respecter cette politique.

Enfin, si ce que les universités craignent vraiment, c’est l’exposition au litige, alors il y a une réponse très simple à cette préoccupation : demander à tous ceux qui souhaitent accéder au campus de signer une renonciation que l’université n’assume aucune responsabilité pour toute personne qui pourrait tomber malade sur le campus (en supposant qu’il puisse même être prouvé qu’ils sont tombés malades sur le campus). S’il existe une peur généralisée de l’infection, une université pourrait également permettre à ceux qui préfèrent cette option de continuer à travailler et à apprendre à domicile. Quelle que soit l’option choisie, toutes les options possibles devraient être étudiées sans recourir à des mesures extrêmes et discriminatoires qui violent les droits de l’homme et les droits de citoyenneté.

[Les professeurs canadiens sont encouragés à adopter et/ou adapter cette déclaration, en tout ou en partie, pour une utilisation dans leur environnement institutionnel individuel, et ils peuvent le faire sans créditer formellement cette déclaration qui est publiée sous une licence Creative Commons.]


La traduction en Français a été faite par Richard G de Fearless Canada / Courage Québec.